Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2011

La visite de l’atelier d’un maître verrier

     Cette année, nous participons à un atelier de découverte du patrimoine culturel organisé par le Centre pour l’UNESCO Louis François. Il a pour thème le vitrail. Nous Redimensionnement de HPIM8990.JPGeffectuerons  5 visites qui seront complétées par 4 séances pour réaliser un vitrail.

     Lors de notre première visite, nous avons découvert l’atelier Le Vitrail, situé 4 rue Brûlard à Troyes. Il est dirigé par le maître verrier Alain Vinum. Avec son équipe, il restaure ou fabrique des vitraux. Pour cela, il utilise des feuilles de verre fabriquées par des verriers.


Fabrication du verre

Le verrier  fabrique du verre en utilisant du sable appelé silice et quelques produits chimiques. Il chauffe le mélange dans un four, à 2000 degrés, pendant plusieurs jours. Il obtient alors une matière liquide.

Le verre bariolé est obtenu avec 3 teintes volontairement mal mélangées.

Anaëlle, Soraya, Aloïs et Marin


Réalisation des feuilles de verre

Redimensionnement de HPIM8996.JPGLe souffleur prend la canne et cueille une masse de verre de 3 kg : c’est ce qu’on appelle une paraison. Il souffle de 5 à 10 min pour obtenir une grosse bouteille fermée nommée le manchon. Le souffleur pose ensuite celui-ci sur un support et entoure chaque extrémité avec un fil de verre chaud. Puis il verse de l’eau ce qui produit un choc thermique : Les extrémités se détachent et on obtient alors un cylindre.Redimensionnement de P1100538.JPG

Le souffleur coupe le cylindre avec un  diamant dans le sens de la longueur puis  le réchauffe dans un four qu’on appelle un étendeur, ce qui ramollit le verre. Avec un râteau,  il l’ouvre et l’aplatit pour obtenir une feuille.

Emma, Sixtine, Cédric et Grégoire

 

Plus le verre est épais, plus la couleur est foncée, plus le verre est fin, plus la couleur est claire.

Dans les ateliers de fabrication de vitraux, les maîtres verriers utilisent des palettes de 350 couleurs pour colorer le verre.  Celles-ci ne sont fabriquées que dans 2 usines : Ils peuvent donc disposer de 700 à 800 teintes.

Charlotte, Gabrielle, Emilien et Pierrick


Les vitraux à Troyes

Troyes compte 9 grandes églises, de nombreuses chapelles et environ 150 maisons particulières avec des vitraux. On trouve environ 9000 m² de vitraux dans l’Aube: C’est le 1er département pour la superficie de vitraux et un des premiers sites européens.

Charlotte, Gabrielle, Emilien et Pierrick


Création d’un vitrail

- Le maître verrier fait un croquis de la maquette en petit.Redimensionnement de HPIM9003.JPG

- Il réalise ensuite 3 dessins à l’échelle 1 sur trois supports. Ils peuvent atteindre 5m.

1. un dessin sur un carton avec les détails, les couleurs et les ombres,

2. un dessin sur un carton qui ne comporte que des traits noirs. Il servira à réaliser les calibres.

3. un dessin sur calque pour poser les pièces préparées.

- Le maître verrier découpe les calibres à l’aide de ciseaux à 3 lames.  Ceux-ci coupent en plus une fine bande qui correspond à la place du plomb.Redimensionnement de HPIM9016.JPG

- Avec une roulette  ou  un diamant, il coupe les pièces de verre. Le diamant est utilisé depuis le 14ème  siècle ou 15ème  siècle. Il coupe plus précisément. La roulette sert à couper droit ou à obtenir des courbes larges.

- Le maître verrier peint les pièces en utilisant de la grisaille. Pour cela, il mélange de la poudre, de l’eau et du vinaigre. Avec le traînard, le verrier trace les contours. Un petit banc permet de poser la main pour ne pas trembler.

D’autres pinceaux sont utilisés. Ils sont fabriqués avec des poils  d'animaux : la martre, le blaireau pour blaireauter et le putois pour putoiser.

Pour obtenir une demi-teinte, il faut poser la grisaille puis brosser rapidement. Blaireauter permet d’égaliser la teinte.Redimensionnement de HPIM9005.JPG

Putoiser, c’est tapoter pour retirer  la matière pour éclaircir.

Le maître verrier peut aussi gratter la matière pour éclaircir.

- Les pièces de verre sont mises dans le four chauffé à 600° C, sur du plâtre,  pour fixer la peinture.

- Les tiges de plomb sont souples et ont la forme d’un H. Elles permettent d’entourer les pièces qui s’y insèrent. Le maître verrier les soude en faisant fondre de l’étain.

Carla, Magalie, Lola, Natacha, Abderrahman, François, Louis et Maxime


Le jaune d’argent

Une légende raconte qu’un jour, un maître verrier fit tomber un bouton en argent dans son four. Après avoir frotté, il resta une trace jaune sur le plâtre.

Pour obtenir le jaune d’argent, il faut mélanger du sel d’argent et de la terre. On étale cela sur le verre. Ensuite, on le met dans le four où se produit une réaction chimique. Enfin, on brosse et il reste une trace jaune.

 

Evolution

Pour colorer le verre,  les maîtres verriers ont utilisé des matériaux dérivés de la porcelaine: les émaux. Ils sont déposés sur les pièces de verre qui sont ensuite passées au four avant d’être assemblées. 

Elyn, Edwin et Noah


Restauration

Les verres s’assombrissent avec le temps et parfois, une pigmentation apparaît en surface. Environ 150 ans séparent deux périodes de restauration.

Redimensionnement de HPIM9034.JPGPour nettoyer les vitraux, il faut d’abord les démonter. On nettoie avec de petits cotons, ainsi que des compresses. Les restaurateurs recollent les pièces cassées.

Pour bien voir, on utilise parfois un microscope.Redimensionnement de P1100550.JPG

Le vitrail en cours  de nettoyage nécessite à peu près 15 jours à 3 semaines de travail.

Il faut environ 10 ans d’apprentissage pour savoir faire des vitraux. Un m2 coûte de 700 à 3000 euros. 

Eloïse, Alban et Jean


Des vitraux en cours de restauration dans l’atelier Le vitrail

- Un des plus anciens vitraux actuellement restaurés dans l’atelier vient de la cathédrale de Strasbourg. Il date du 13ème siècle. Les vitraux de cette cathédrale sont  en restauration depuis 2007.Redimensionnement de HPIM9023.JPG

- Le deuxième vitrail  que nous a présenté le maître verrier a été réalisé avec de la grisaille. Il  date de la deuxième moitié du 13ème siècle.

- Un vitrail, datant du 16ème siècle et provenant d’une verrière de l’hôtel Juvénal des Ursins, comporte 3 personnages.

- Un autre vitrail date du 19ème siècle. Il vient d’une maison de champagne et représente un homme buvant chez lui un verre de champagne.

Abigaël, Alice, Hugo et Tristan

 

23:17 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)