Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2011

Intervention d'une diététicienne

Le 31 janvier, une diététicienne est intervenue dans les classes de CM pour nous parler de l’équilibre alimentaire et plus spécialement des bienfaits des produits laitiers.

La classe a été partagée en 6 groupes qui ont tous travaillé sur un livret. Chaque groupe avait un thème différent :

- De l’herbe au lait

- Le yaourt

- Les fromages de France

- Du fromage dans les plats

- L’origine de certains plats

 -Des ingrédients vers les recettes

Après ce travail, un rapporteur  de chaque groupe est venu présenter aux camarades ce qu’ils avaient fait. Ensuite, la diététicienne a répondu aux questions et apporté des précisions. Pour terminer, chaque élève a reçu un livret de recettes.

La classe de CM2

 

22:47 Publié dans CM1, CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

28/01/2011

Sélection d'élèves pour le centenaire de l'UGSEL

Pour le centenaire de l’UGSEL (Union Générale Sportive de l’Enseignement Libre), un grand rassemblement est organisé à Nantes du 17 au 19 juin 2011. Redimensionnement de P1090468.JPG

Patrick, un professeur des écoles chargé d’animer des séances de sport pour l’UGSEL, est intervenu dans le but de sélectionner 4 enfants pour y participer. Avant de descendre dans la cour, Patrick nous a donné des explications. Ensuite, nous avons passé 5 épreuves :

-         jonglage ping-pong,

 

-         lancer de balles lestées,

Redimensionnement de P1090471.JPG     Redimensionnement de P1090473.JPG

 

-         lancer de frisbee dans une cible,

Redimensionnement de P1090474.JPG

-         course d’endurance et

Redimensionnement de P1090469.JPG

-         tir au ballon dans une cible.

Redimensionnement de P1090472.JPG

Nous étions par 2 et notre camarade inscrivait nos performances sur une feuille.

Patrick reviendra le 25 mars pour nous faire passer les 5 dernières épreuves.

Julie, Tiffany, Arthur et Dean 

     

21:39 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2011

Troyes au 19e

La ville était entourée, au début du 19e, d’une enceinte comprenant 6 portes pour y pénétrer. Celles-ci étaient les portes:

Redimensionnement de Troyes0002.jpg- du Beffroi (démolie en 1822),

- de la Madeleine (démolie en 1849),

- de Comporté (démolie en 1848),

- de Saint Jacques (démolie en 1832),

- de la Tannerie (démolie en 1830),

- de Croncels (en1808 ).

Les murs devaient être entretenus mais cela coûtait trop cher en impôts. Les remparts et les portes furent détruits au 19ème siècle. Cela facilita aussi la circulation.

Elise et Gildas

 

Les jardins

Redimensionnement de Troyes0007.jpgLes fossés qui bordaient les remparts étaient remplis d’eau car les assaillants ne savaient pas nager : c’était un moyen de défense. Ils étaient alimentés par l’eau des Viennes et de la Seine.

Les jardins ont remplacé les fossés. Tous ont été comblés sauf celui qui est devenu le jardin de la Vallée suisse. Sa profondeur était de 14 m et 18 m vers la gare. Le fossé a été asséché vers 1860. A la place, ils ont créé les jardins pour l’exposition régionale de 1860. L’eau circule toujours mais dans un souterrain.

Valentine et Pierre-Marie

 

Le théâtre de la Madeleine

Le 1er théâtre a brûlé en 1775. Il était situé rue Clemenceau. Le nouveau théâtre a été construit en 1777 hors de la ville, contre la porte de la Madeleine. Le bâtiment longeait le mur d'enceinte.

Redimensionnement de Troyes0010.jpg

La porte de la Madeleine a été détruite en 1849. Le théâtre a été rénové pour l’exposition régionale de 1860. Une nouvelle salle a été créée dans un style Louis-Philippe.

Sur le fronton du théâtre, on peut encore voir, avec le blason de Troyes, 3 étoiles, symbole choisi par Louis-Philippe, roi des français et auquel le maire était resté fidèle.

Un café a été construit dans le théâtre. Il a été fermé en 1970.

Tiffany et Jules

 

Le kiosque à musique

Un legs de Jean-Baptiste Brissonnet, patron bonnetier, a permis de construire le kiosque à musique en 1889 dans le jardin du Rocher situé le long du boulevard Gambetta.

La forme arrondie du plafond sert à renvoyer la musique vers les auditeurs.

Lauriane et Thomas

 

La Caisse d’épargne

Redimensionnement de Troyes0003.jpgEn 1893, l’architecte Henri Schmit a construit la Caisse d’épargne de Troyes.

Troyes était considéré comme une "bonne ville". C’est pour cela que l’on peut voir des fleurs de lys sur le blason qui est coiffé par des remparts.

Grâce aux usines de bonneterie, les deux personnes d’un couple pouvaient travailler. Ils gagnaient donc plus d’argent et ils avaient la possibilité d’épargner.

Cécile, Brendan et Raphaël

 

La villa Viardot

Elle porte le nom de son architecte, Gaston Viardot.

Le premier propriétaire de la villa était un marchand de couleurs qui vendait de l’encre, du papier, des crayons, de la peinture, etc. 

Le style de cette villa est l’art nouveau car elle a de nombreuses décorations (sculptures) et un vitrail à l'étage.

Le dimanche, les gens allaient se promener sur les boulevards et notamment sur le boulevard Gambetta. Les gens riches faisaient construire de belles maisons le long de ceux-ci pour montrer leur richesse. C’étaient souvent des patrons.

Arthur et Rémy

 

L’Espace Argence

Redimensionnement de Troyes0009.jpgL’Espace Argence a été la première gare de 1847 à 1858 puis le lycée Pithou à partir de 1861. Il a aussi servi de caserne durant la 1ère Guerre mondiale. Ensuite, il a encore été le lycée Pithou puis il est devenu l’Espace Argence en 1999.

La gare reliait Troyes à Montereau. C’était le terminus. Pour aller à Paris, il fallait aller jusqu’à Montereau puis prendre un coche d’eau. Ensuite, il fallait reprendre le train Lyon-Paris.

Avant le train, il fallait 3 jours pour aller jusqu’à Paris. Avec le train, au début, il ne fallait plus que 8 heures. La gare a été inaugurée le 6 avril 1848 et 15000 personnes y ont assisté.

Redimensionnement de Troyes0006.jpgLes trains roulaient à 40 kilomètres à l’heure mais des gens disaient qu’ils étaient trop rapides et croyaient qu’il y avait des risques pour la santé.

Des calèches étaient séparées du châssis et posées sur une plate-forme pour transporter les voyageurs.

En 1855, un incendie a détruit la gare. Pour prolonger la ligne vers d’autres directions, il fallait traverser la ville. Ils ont donc reconstruit une gare ailleurs.

Sur le blason, on peut observer 3 abeilles, le symbole de Napoléon.

Laura, Jean-Philippe et Mathéo

 

Le Cirque municipal

Le 1er cirque était en bois et a été construit en 1860. Il a pris feu le 1er mai 1892. Il a été reconstruit en pierre par Henri Schmit et a été ouvert lors des foires de mars, en 1905.

Redimensionnement de Troyes0004.jpgLe cirque contenait 2000 places assises pour assister à des pièces de théâtre, des spectacles équestres, etc.

C’était 1’un des plus grands cirques de France. Il en reste environ une dizaine en France.

Il est devenu le théâtre de Champagne en 1978.

Léa et Sonny

 

Les foires de mars

Les foires de mars existent depuis 1848. Elles étaient installées devant le cirque en bois et allaient ensuite jusqu’au théâtre de la Madeleine. Au fil des années, les forains ont occupé tous les boulevards. Lors de l’inauguration de la foire, se déroulaient une retraite aux flambeaux et un carnaval.

Les foires ont changé d’emplacement en 1966.

Julie et Friedrich

 

La fontaine Argence

Le maire Désiré Argence a fait un legs pour construire une fontaine devant le lycée. Redimensionnement de Troyes0005.jpgElle a été  inaugurée en 1897 et porte son nom.

Il n’y a plus d’eau dedans depuis 1991 car elle fuit et la réparer serait trop coûteux.

Louis

 

Le marché des halles

Le marché des Halles a été construit à l'emplacement de la maison des frères Pithou qu'ils ont léguée à la ville de Troyes pour qu'elle devienne un collège.

Il a été inauguré en 1874. Il est de style Baltard car sa structure est en fer, en fonte et en verre. Il avait des ouvertures en claires-voies. Il mesure  60 m de long sur 42 m de large.

297 places pouvaient y être louées à la journée aux marchands.

Jeanne et Alexandre

 

Les Magasins réunis

Les Magasins réunis ont été construits en 1894 et inaugurés en 1897. C’est Louis Mony, le maire, qui en était l’architecte.

Les Magasins réunis ont une charpente métallique qui est habillée en pierres pour faire joli. Ils sont surmontés d’un campanile. Ils sont de style néo-classique avec de larges baies vitrées.Redimensionnement de Troyes0001.jpg

Les Magasins réunis sont une succursale des Magasins réunis qui ont été fondés à Nancy et se sont aussi installés à Paris.

Les marchandises étaient vendues en libre-service ce qui était nouveau pour l’époque. Les magasins réunis étaient même devenus un lieu de promenade.

Au 1er étage, on y vendait les jouets. Au rez-de-chaussée, on trouvait les habits. Au sous-sol, on pouvait acheter ce qui servait pour la mécanique et le bricolage.

Baptiste et Lilian

 

Les tramways

Les tramways étaient électriques. La première ligne a été ouverte en 1899.

Redimensionnement de Troyes0008.jpgLes tramways démarraient devant la mairie et partaient jusqu’au faubourg de Croncels. Dans l’autre sens, ils partaient jusqu’à la rue de Preize.

Une seconde ligne a relié ensuite le Pont Hubert à Sainte-Savine.

Le conducteur s’appelait le wattman. La dernière ligne a été fermée en 1950. Les rails ont été démontés car ils étaient un danger pour les cyclistes.

Dean et Pierre

 

16:54 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

07/01/2011

La médiathèque: Mille ans de livres

Les manuscrits

Avant l’invention de l’imprimerie, les livres étaient écrits à la main. C’étaient des manuscrits.

Redimensionnement de P1090377.JPGLes pages étaient du parchemin, c’est-à-dire de la peau de mouton, de veau ou de chèvre.

La peau était rasée, nettoyée puis pressée pour qu’elle ne s’enroule pas et devienne plane. Le parchemin était ensuite découpé en feuilles cousues par paquets pour donner un cahier.

Les cahiers étaient superposés sur un support horizontal contre des nerfs qui étaientRedimensionnement de P1090327.JPG fixés verticalement et régulièrement espacés. Les cahiers étaient cousus aux nerfs sur la tranche.

Les couvertures étaient faites avec des planchettes de bois recouvertes de cuir et avec parfois des pierres précieuses.

Les manuscrits étaient stockés à l’horizontal pour presser les pages. Des boucles en cuir, les oreilles, permettaient de les tirer de la pile.

Jules, Friedrich, Mathéo et Sonny

 

L’encre

Au Moyen Age, la couleur sur les livres pouvait être :

d’origine végétale:

  • La couleur noire pouvait être faite à partir de la galle du chêne qu’on broyait pour obtenir une poudre noire.
  • Avec la racine de garance, on obtenait un pigment rouge vif.

d’origine minérale:

  • Pour obtenir du bleu, on pouvait broyer le lapis-lazuli qui est une pierre semi-précieuse.

d’origine animale

  • La cochenille, un insecte, permettait d’obtenir du rouge. On l’utilise encore pour colorer le jambon blanc. 

d’origine chimique

  • L’oxyde de plomb ou minium était utilisé pour faire du rouge-orangé qui devient noir à l’air. Il est toxique.

Pour mieux fixer la couleur, ils utilisaient un liant à base de blanc d’œuf ou de poisson.

Alexandre, Brendan, Jeanne et Tiffany

  

Le travail des moines-copistes

Les manuscrits étaient recopiés par les moines-copistes. Ils travaillaient dans le scriptorium du monastère ou de l’abbaye durant le jour car les bougies étaient interdites la nuit: Elles auraient pu enflammer les livres. Ils utilisaient une plume d’oie pour écrire et parfois des coquillages comme récipients.

Redimensionnement de enluminure.jpgCopier un livre durait de trois à six mois. Les livres étaient en latin. Il y avait peu de ponctuation. Les moines faisaient des raccourcis et utilisaient des symboles.

Une enluminure est un dessin qui sert à rendre plus vive la page écrite en latin. Pour réaliser l’enluminure, le moine prévoyait l’espace suffisant car l’enluminure était faite après que le texte soit écrit.

Peindre l’enluminure durait environ 12 h car il fallait 6 à 7 couches de peinture.Redimensionnement de P1090330.JPG

Pour la rendre, lumineuse, on pouvait utiliser de la feuille d’or.

Les livres cisterciens de l’abbaye de Clairvaux avaient des enluminures monochromes. Il était interdit d’utiliser plusieurs couleurs pour éviter aux moines d’être distraits. Les vitraux de l’abbaye étaient également monochromes.

Gildas, Léa, Pierre et Raphaël

  

L’invention de l’imprimerie

Vers 1450, Gutenberg contribua à développer l’imprimerie.

Les caractères mobiles étaient placés les uns à côté des autres pour obtenir des mots puis des phrases. Pour imprimer correctement les textes, les caractères à encrer étaient gravés à l’envers.

Les incunables sont des livres qui datent du début de l’imprimerie : 1450-1500.

Troyes a été la première ville à fabriquer du papier en France. Les moulins à papier y ont été construits dès le 14ème siècle. Le papier a donc remplacé peu à peu le parchemin.

Jean-Philippe et Thomas

  

La 1ère bibliothèqueRedimensionnement de P1090334.JPG

Elle fut créée au 12ème siècle, dans la Collégiale Saint-Étienne du Palais des comtes de Champagne qui était située sur l’actuelle place du Préau.

Grâce à cela, la médiathèque est la première bibliothèque moyenâgeuse.

Pierre-Marie et Dean

  

La 1ère bibliothèque publique

Le chanoine Jacques Hennequin (1575-1661) était professeur de théologie aux écoles de Sorbonne à Paris.

En 1651, il a donné ses livres (4680 ouvrages) au couvent des Cordeliers (devenu la prison au 19ème). Ces livres ont été entreposés dans la salle du 1er étage du couvent. Celle-ci était ouverte 3 jours par semaine au public. L’utilisation de la bougie y était interdite.

Elle a été la 1ère bibliothèque ouverte au public.

Baptiste et Lilian

 

  La 2ème bibliothèque publique

A la Révolution, les livres des religieux et des nobles ont été confisqués et rassemblés dans l’abbaye Saint Loup qui deviendra la 2ème bibliothèque publique.

Avant la numérisation, pour emprunter un livre, il fallait chercher sa cote sur une fiche rangée dans la layette, puis remplir un fantôme (coupon). Ensuite, on le donnait au chef de salle qui le transmettait à la réserve. Il était déposé à la place du livre emprunté.

Valentine et Elise

  

  La Bibliothèque bleue

Au 16ème siècle, des imprimeurs ont décidé de fabriquer des livres qui n’étaient pas de bonne qualité pour les vendre moins chers.

La couverture était faite à partir de papier bleu qui servait pour l’emballage des pains de sucre. Ce sont les livres de la Bibliothèque bleue.

Pour les illustrations, l’imprimeur réutilisait des plaques déjà gravées pour faire des économies. Les dessins étaient gravés à l’envers sur du bois afin que, quand on les imprime, ils soient à l’endroit.

Il y avait des livres sur tous les thèmes : religion, contes, romans, poésies, cuisine, plantes, histoire, abécédaires, etc. Ceux-ci étaient distribués par les colporteurs qui vendaient aussi des fils, des rubans, des images, etc.

Beaucoup de personnes ne savaient pas lire. Ces livres étaient certainement lus par une personne lors des veillées.

Ils ont été fabriqués jusqu’au milieu du 19ème siècle.

Arthur, Louis et Rémy

 

 La Grande salle

La Grande salle mesure 65m de long et abrite 47 000 livres imprimés du 16ème au 19ème siècle.

Redimensionnement de P1090348.JPGLes livres sont rangés par sujet et par ordre alphabétique. La cote du livre comporte le n° de travée, de rayon, etc.

Les plus petits livres sont rangés en haut car ils sont plus faciles à prendre. Redimensionnement de P1090345.JPG

Cette Grande salle est la reproduction de l’ancien dortoir des moines de l’abbaye de Saint Loup. La température et le taux d'humidité doivent être constants. Il doit faire entre 18 et 20 degrés. Si l’air est trop humide, des moisissures et des vers abîment les livres. S’il fait trop sec, le cuir casse. Quand les livres sont trop abîmés, on les attache avec une sangle.

Dans la Réserve précieuse, se trouvent 1700 manuscrits du Moyen Age.

Cécile, Julie, Laura et Lauriane





20:01 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)