Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2010

L'Hôtel-Dieu

Son historique

Le 1er hôpital a été construit en pans de bois au XIIe siècle. On l’appelait hôtel-dieu car les soignants étaient des religieux ou religieuses. L’Hôtel-Dieu-Le-Comte a été financé par le comte Henri 1er le Libéral. Cet hôpital a été reconstruit entre 1702 et 1755. On reconnaît le style XVIIIe siècle car ses murs sont sans sculptures et le fronton est triangulaire. Il comptait 220 lits. Plusieurs personnes étaient dans le même lit : Elles dormaient tête-bêche. L’hôpital n’accueillait que des malades, pas d’accidentés.

 Lauriane et Baptiste

 

La grille

Redimensionnement de Hôtel-Dieu 01.JPGLes grilles de l’Hôtel-Dieu-Le-Comte datent de 1760. Elles font 35 m de long et 13 m de large. C’est la 2ème plus grande grille des Hôtels-Dieu en France. Elle est recouverte de feuilles d’or.

Au-dessus du portail, le blason comporte des fleurs de lys qui symbolisent la royauté.

En haut, à divers endroits le long de la grille, il y a les blasons des donateurs et leur couronne en fonction du titre.

A gauche, on peut voir les armes de Troyes, celles d’Henri Louis de Barberie de Saint Contest de la Châtaigneraie, intendant de Champagne lors de la pose de la grille.

A droite, on voit celles du comte de Clermont, gouverneur de Champagne et celles de la comtesse de Morville et son mari.

Un tronc fixé à la grille permettait de recevoir des dons de malades guéris ou d'autres donateurs. 

Le ru Cordé coulait au pied de l’Hôtel-Dieu là où est situé le quai des Comtes de Champagne. A la place du canal, il y avait des maisons.

Léa, Lilian, Valentine, Louis et Rémy

 

L’accueil des enfants abandonnés

Des femmes abandonnaient leur enfant parce que les hommes étaient partis Redimensionnement de Hôtel-Dieu 12.JPGcombattre. Celles qui ne voulaient pas se faire connaître utilisaient la trappe située rue de la Cité. Elles déposaient l’enfant dans un tourniquet. Lorsqu’elles faisaient tourner le cylindre, une cloche sonnait pour avertir les sœurs qu’il y avait un enfant abandonné.

Des milliers d’enfants ont été ainsi abandonnés. Lorsque les religieux avaient trop d’enfants, ils les emmenaient à Paris pour les vendre. Pour aller à Paris, il y avait 3 jours de calèche. Avec l’argent obtenu, ils pouvaient accueillir de nouveaux enfants.

Julie, Brendan, Valentine, Louis et Rémy

 

Le cadran solaire et la chapelle

Redimensionnement de Hôtel-Dieu 07.JPGIl y a double cadran solaire. Le cadran supérieur servait à donner l’heure et l’autre aidait à la préciser selon le mois où on était. Il a été réalisé par Jean Baptiste Ludot en 1764. Il est situé au sud. C’est l’un des plus précis de France.

Il est fixé sur la chapelle qui servait aux offices mortuaires. La chapelle, construite au XVIIIe siècle, se compose d’une chapelle haute consacrée à saint Barthélemy et d’une chapelle basse consacrée à sainte Marguerite.

Mathéo et Raphaël

  

L’apothicairerie

L’Hôtel-Dieu comportait une salle pour entreposer les ingrédients et les drogues. Cette dernière a conservé les boiseries du XVIIIe siècle qui sont de style Louis XIV. L’échelle roulante pour atteindre les rayonnages du haut s’appelle la girafe.

Les malades ne pouvaient pas entrer dans cette pièce. Seuls les apothicaires y venaient. Ils prenaient les ingrédients nécessaires et fabriquaient les remèdes dans la salle située à côté.Redimensionnement de P1090308.JPG

Elle possède 319 boîtes en bois appelées silènes. Elles servaient à garder les matières sèches.

Les boîtes rondes datent du XVIe siècle. Elles ont été creusées dans un tronc. Redimensionnement de P1090319.JPG

Les boîtes rectangulaires datent du XVIIIe siècle. Des peintures représentaient les matières entreposées et dans les phylactères, on pouvait lire le nom. Quand les boîtes étaient réutilisées, les peintures étaient conservées mais le nom sur le phylactère était changé.

Les ingrédients utilisés avaient 3 origines possibles: végétale, animale et minérale.

Quelques exemples de matières sèches : éponge naturelle (pour la chirurgie), ivoire, crâne (de pendus), goudron de Judée, vipère, sels d’urine de chameau (pour rester en forme), sang de dragon (résine rougeâtre d’arbre).

 Jeanne, Laura, Elise et Thomas

 

Pots et remèdes

Les chevrettes sont des pots en faïence avec un bec-verseur. Elles servaient à mettre des produits souvent mélangés à de l’huile mais aussi des sirops, des miels, etc.Redimensionnement de P1090321.JPG

La chevrette qui porte l’inscription "O.Canum" contenait de l’huile de petits chiens.

L’huile de petits chiens était recommandée contre la sciatique, la paralysie, pour fortifier les nerfs, etc. Cette préparation était très en vogue.

En voici la formule :

"Prenez deux petits chiens nouveaux-nés. On les coupera par morceaux, on les mettra dans un pot vernissé avec une livre de vers de terre bien vivants… Faites bouillir pendant deux heures jusqu’à ce que les petits chiens et les vers soient bien cuits." (Nicolas Lémery)

La chevrette qui porte l’inscription " O.Lumbric " contenait de l’huile de vers de terre.

Les épiciers n’avaient pas le droit d’exposer des chevrettes dans leur vitrine contrairement aux apothicaires. Les apothicaires n’avaient pas le droit de fabriquer et de vendre du pain d’épices. Ce sont eux qui deviendront les pharmaciens.Redimensionnement de P1090316.JPG

Les pots-canons ont un corps cylindrique légèrement resserré au milieu et un pied. Ils servaient à mettre des matières grasses telles que des crèmes et des pommades. 

Les piluliers ont la même forme que les pots-canons mais ils sont plus petits. Ils contenaient des pilules et des matières réduites en poudre.

 Voici quelques recettes de remèdes utilisés au XVIIIe siècle :

  • Pour une bonne vue, on mélangeait de l’eau d’hirondelle ou de pie, du crâne humain râpé et de l’excrément d’un paon mâle.
  • Pour les affections de poitrine, on utilisait un cataplasme fait de crottes de chiens mélangées à des roses rouges de Provins.
  • Pour les saignements de nez, on prenait des racines d’orties broyées que l’on mettait dans les narines.
  • Pour faire tomber les dents sans douleurs, on mettait dans leur trou, des cendres de vers de terre, de fiente de souris ou de dent de cerf.
  • Pour une dent cariée, on prenait un grain d’opium additionné d’un jaune d’œuf que l'on mettait dans la carie pour apaiser la douleur.
  • Pour la toux, on prenait des pommes de pin fraîchement cueillies, concassées et cuites dans du vin cuit. Il fallait en boire tous les jours.

 Alexandre, Arthur, Cécile, Jules, Pierre, Pierre-Marie et Sonny

 

La thériaque

Redimensionnement de P1090323.JPGLa fontaine à thériaque est un grand récipient en étain. Elle contenait la thériaque qui était une préparation composée de 72 ingrédients d’après la recette grecque. Les ingrédients étaient de la chair de vipère, du gingembre, de l’opium, de la myrrhe, de la cannelle, etc. et surtout du miel de Narbonne, du vin d’Espagne et du suc de réglisse. Au XVIIIe, on y versait aussi les restes d’autres préparations. On la donnait aux malades dont on ne connaissait pas la maladie.

 Tiffany et Jean-Philippe

  

Quelques objets exposés dans l’ancien laboratoire

Dans la salle où étaient préparés les remèdes, se trouvent 3 bustes en bois peint.

Les bustes de sainte Marguerite, saint Barthélemy et saint Florentin portent une relique.

Redimensionnement de P1090309.JPG   Redimensionnement de P1090310.JPG   Redimensionnement de P1090313.JPG

On promenait les bustes dans le diocèse pour collecter de l’argent. Les gens qui voulaient toucher le buste reliquaire devaient payer. Il fallait ouvrir le haut de la tête du buste de saint Florentin pour mettre l’argent.

Redimensionnement de P1090317.JPG Dans une vitrine, se trouvent des clystères. Ce sont de grandes seringues qui étaient utilisées pour soigner la constipation. On pouvait aussi en trouver au pied des autels pour éteindre un début d’incendie.

 Dean, Gildas et Friedrich

 

 

00:25 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.