Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2010

L'architecture religieuse au 16e: L'église Sainte-Madeleine

L’historique

L’église Sainte-Madeleine est la plus vieille église de Troyes.Redimensionnement de P1090263.JPG

La nef et le transept ont été construits au 12ème siècle. Le chœur a été reconstruit entre 1498 et 1501.
Les pierres de l’église Sainte-Madeleine viennent des environs de Tonnerre dans l’Yonne. Ce sont les paroissiens qui ont payé la construction de la nef et du transept.Redimensionnement de P1090265.JPG

L’église Sainte-Madeleine est une église de transition. Elle est à la fois romane  et gothique car elle a des voûtes en berceau et des arcs en ogive.

On peut voir le mélange des 2 styles dans le triforium. C’est une galerie aménagée dans l’épaisseur des murs au niveau des bas côtés pour l’entretien des parties hautes de l’église.

Lauriane, Léa et Baptiste

 

Le jubé

Le jubé est une tribune sur lequel le curé montait pour prêcher ou pour lire l’évangile. Des choristes ou des musiciens pouvaient aussi s’y installer.Redimensionnement de P1090266.JPG

A l’origine, des portes empêchaient les paroissiens de voir  ce qui passait dans le chœur. Les gens étaient debout dans la nef, pour prier.

Des chrétiens n’étaient plus d’accord avec cela: « On nous ment ! Si ce que les curés racontent est vrai, pourquoi mettent-ils des portes pour cacher ce qu'ils font ? » Les gens se sont posés des questions, ont commencé à protester et à quitter les églises. Ils sont devenus les protestants : C’était durant la Réforme.

Le pape a alors ordonné de démonter les portes : C’était la Réforme catholique.

Les jubés étaient souvent en bois donc ils ne tenaient pas toujours quand les portes étaient retirées. Beaucoup ont disparu. Ils ont été remplacés par des chaires. Il en reste 21 en France dont 3 dans l’Aube : un à Luyères, un à Villemaur-sur-Vanne et un dans l’église Sainte-Madeleine à Troyes.

Julie, Valentine, Brendan, Jules, Lilian et Rémy

 

Le jubé de l’église Sainte-Madeleine

Le jubé a été réalisé en pierre par Jean Guailde de 1508 à 1515.

Il a demandé l’autorisation d’être enterré dessous :

« J’attends la résurrection bienheureuse sans crainte d’être écrasé. »

Les pilastres du jubé sont de style renaissance. C’est un style qui vient d’Italie.

Les portes sont conservées au musée du Vauluisant.

Elise, Tiffany et Thomas

 

Les vitraux

Les vitraux servaient de fenêtres.

Dans l’art roman, les murs étaient épais et lourds avec de petites ouvertures.

Dans l’art gothique, les murs étaient moins épais et donc moins lourds. On pouvait y faire des ouvertures plus grandes.Redimensionnement de Vitrail La Genèse.JPG

Les vitraux servaient aussi à raconter des histoires car les gens ne savaient pas  lire. Les vitraux se lisent de bas en haut et de gauche à droite au 16ème siècle. 

Une lancette est une ouverture allongée verticale.

Un registre est un rectangle contenant les dessins situés sur un même niveau horizontal.

Un meneau est un montant en pierre qui sépare 2 lancettes.

Gildas, Louis et Pierre

 

La fabrication des vitraux

On fabrique les vitraux à partir de sable qu’on appelle le quartz de silice.

Une légende raconte que des Vénitiens ont fait un feu sur la plage de l’île du Lido et le lendemain matin, ils ont trouvé des morceaux d’une matière translucide. C’était du verre. Ils ont réessayé de reproduire cette matière.Redimensionnement de P1090289.JPG

  • Lorsque le sable cuit dans le four cela donne une pâte. Le verrier  y ajoute des oxydes métalliques pour la colorer : du cuivre, de l’argent, de l’or, du bronze, etc. Il la remet ensuite dans le four pour que le verre soit teinté dans la masse.
  • Ilcueille une paraison, qui est une boule de pâte, avec une canne.
  • Il souffle dans cette canne qui est creuse. Cela donne un cylindre.
  • Il coupe le col et le fond de celui-ci, ce qui donne le manchon.
  • Ce manchon est fendu dans le sens de la longueur. Le verrier le chauffe pour le déplier afin de l’aplatir.

Arthur et Alexandre

 

Le  travail du maître-verrier

  • Le maître-verrier prend des mesures pour réaliser un premier dessin.
  • Il propose sa réalisation au commanditaire.
  • Si le dessin plait, il l’agrandit sur un papier à sa taille normale et y inscrit les couleurs.
  • Ensuite, il découpe les morceaux de verre. (Au 16ème siècle, il utilisait un clou chauffé.)
  • Il rassemble ceux-ci et forme les scènes.
  • Il applique la grisaille sur le verre avant de le faire passer de nouveau dans le four.
  • Enfin, pour les faire tenir, il utilise du plomb pour la jointure

Laura, Dean et Friedrich

 

Les vitraux à Troyes

Au 16ème siècle, Troyes était une ville riche. De nombreux artistes y vivaient car ils ne payaient pas de patentes. Beaucoup de vitraux ont été commandés par des marchands.Redimensionnement de P1090285.JPG

Actuellement, il y a 9000 m2 de vitraux dans l’Aube. Cela représente 1/3 des vitraux de la France qui est le pays qui en a le plus.

Le perlé champenois a été inventé à Troyes. Les vitraux rouges étaient sombres. Pour les éclaircir, la paraison de verre rouge a été entourée de verre blanc. Le verre avait donc 2 épaisseurs : une blanche et une rouge. Pour obtenir une petite zone de blanc dans le rouge, on grattait le verre rouge.

Le verre vénitien est un verre coloré, coulé sur du verre blanc.

Mathéo, Sonny et Raphaël

 

Les vitraux de l’église Sainte-Madeleine

On peut y admirer 7 verrières.

1 - Vie de saint Louis

2 - La GenèseRedimensionnement de P1090287.JPG

Pour faire des astres, le maître-verrier faisait des montages en chefs-d’œuvre. Il prenait du verre bleu, ajoutait la grisaille et le mettait au four. Ensuite il faisait plusieurs petits trous pour inclure des morceaux de verre qui représentaient les astres.

3 - Vie de saint Eloi

4 - Arbre de Jessé réalisé en 1518

L’arbre de Jessé, réalisé en 1518, est l’arbre généalogique de Marie où on reconnaît le roi David représenté avec une harpe.

5 - La Passion

Le donateur du vitrail de la passion est Nicolas le Muet représenté avec son fils au 1er registre de la 1ère  lancette. Il a une bourse vide pour montrer que les vitraux sont chers. Son nom est peint sur le phylactère. Sa femme Catherine et sa fille sont représentées au 1er registre de la 4ème lancette. Au 1er registre des 2ème et 3ème lancettes, sont représentés saint Nicolas et sainte Catherine.

Redimensionnement de P1090279.JPG           Redimensionnement de P1090280.JPG

 6 - Vie de sainte Madeleine

7 - Le triomphe de la Croix

 Cécile, Jean-Philippe et Pierre-Marie

 

 Après la visite, chaque élève a colorié une reproduction d'une portion de vitrail.

Redimensionnement de P1090277.JPG               Redimensionnement de P1090274.JPG

Redimensionnement de P1090272.JPG

 

 


00:12 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.