Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2010

L'architecture religieuse au 16e: L'église Sainte-Madeleine

L’historique

L’église Sainte-Madeleine est la plus vieille église de Troyes.Redimensionnement de P1090263.JPG

La nef et le transept ont été construits au 12ème siècle. Le chœur a été reconstruit entre 1498 et 1501.
Les pierres de l’église Sainte-Madeleine viennent des environs de Tonnerre dans l’Yonne. Ce sont les paroissiens qui ont payé la construction de la nef et du transept.Redimensionnement de P1090265.JPG

L’église Sainte-Madeleine est une église de transition. Elle est à la fois romane  et gothique car elle a des voûtes en berceau et des arcs en ogive.

On peut voir le mélange des 2 styles dans le triforium. C’est une galerie aménagée dans l’épaisseur des murs au niveau des bas côtés pour l’entretien des parties hautes de l’église.

Lauriane, Léa et Baptiste

 

Le jubé

Le jubé est une tribune sur lequel le curé montait pour prêcher ou pour lire l’évangile. Des choristes ou des musiciens pouvaient aussi s’y installer.Redimensionnement de P1090266.JPG

A l’origine, des portes empêchaient les paroissiens de voir  ce qui passait dans le chœur. Les gens étaient debout dans la nef, pour prier.

Des chrétiens n’étaient plus d’accord avec cela: « On nous ment ! Si ce que les curés racontent est vrai, pourquoi mettent-ils des portes pour cacher ce qu'ils font ? » Les gens se sont posés des questions, ont commencé à protester et à quitter les églises. Ils sont devenus les protestants : C’était durant la Réforme.

Le pape a alors ordonné de démonter les portes : C’était la Réforme catholique.

Les jubés étaient souvent en bois donc ils ne tenaient pas toujours quand les portes étaient retirées. Beaucoup ont disparu. Ils ont été remplacés par des chaires. Il en reste 21 en France dont 3 dans l’Aube : un à Luyères, un à Villemaur-sur-Vanne et un dans l’église Sainte-Madeleine à Troyes.

Julie, Valentine, Brendan, Jules, Lilian et Rémy

 

Le jubé de l’église Sainte-Madeleine

Le jubé a été réalisé en pierre par Jean Guailde de 1508 à 1515.

Il a demandé l’autorisation d’être enterré dessous :

« J’attends la résurrection bienheureuse sans crainte d’être écrasé. »

Les pilastres du jubé sont de style renaissance. C’est un style qui vient d’Italie.

Les portes sont conservées au musée du Vauluisant.

Elise, Tiffany et Thomas

 

Les vitraux

Les vitraux servaient de fenêtres.

Dans l’art roman, les murs étaient épais et lourds avec de petites ouvertures.

Dans l’art gothique, les murs étaient moins épais et donc moins lourds. On pouvait y faire des ouvertures plus grandes.Redimensionnement de Vitrail La Genèse.JPG

Les vitraux servaient aussi à raconter des histoires car les gens ne savaient pas  lire. Les vitraux se lisent de bas en haut et de gauche à droite au 16ème siècle. 

Une lancette est une ouverture allongée verticale.

Un registre est un rectangle contenant les dessins situés sur un même niveau horizontal.

Un meneau est un montant en pierre qui sépare 2 lancettes.

Gildas, Louis et Pierre

 

La fabrication des vitraux

On fabrique les vitraux à partir de sable qu’on appelle le quartz de silice.

Une légende raconte que des Vénitiens ont fait un feu sur la plage de l’île du Lido et le lendemain matin, ils ont trouvé des morceaux d’une matière translucide. C’était du verre. Ils ont réessayé de reproduire cette matière.Redimensionnement de P1090289.JPG

  • Lorsque le sable cuit dans le four cela donne une pâte. Le verrier  y ajoute des oxydes métalliques pour la colorer : du cuivre, de l’argent, de l’or, du bronze, etc. Il la remet ensuite dans le four pour que le verre soit teinté dans la masse.
  • Ilcueille une paraison, qui est une boule de pâte, avec une canne.
  • Il souffle dans cette canne qui est creuse. Cela donne un cylindre.
  • Il coupe le col et le fond de celui-ci, ce qui donne le manchon.
  • Ce manchon est fendu dans le sens de la longueur. Le verrier le chauffe pour le déplier afin de l’aplatir.

Arthur et Alexandre

 

Le  travail du maître-verrier

  • Le maître-verrier prend des mesures pour réaliser un premier dessin.
  • Il propose sa réalisation au commanditaire.
  • Si le dessin plait, il l’agrandit sur un papier à sa taille normale et y inscrit les couleurs.
  • Ensuite, il découpe les morceaux de verre. (Au 16ème siècle, il utilisait un clou chauffé.)
  • Il rassemble ceux-ci et forme les scènes.
  • Il applique la grisaille sur le verre avant de le faire passer de nouveau dans le four.
  • Enfin, pour les faire tenir, il utilise du plomb pour la jointure

Laura, Dean et Friedrich

 

Les vitraux à Troyes

Au 16ème siècle, Troyes était une ville riche. De nombreux artistes y vivaient car ils ne payaient pas de patentes. Beaucoup de vitraux ont été commandés par des marchands.Redimensionnement de P1090285.JPG

Actuellement, il y a 9000 m2 de vitraux dans l’Aube. Cela représente 1/3 des vitraux de la France qui est le pays qui en a le plus.

Le perlé champenois a été inventé à Troyes. Les vitraux rouges étaient sombres. Pour les éclaircir, la paraison de verre rouge a été entourée de verre blanc. Le verre avait donc 2 épaisseurs : une blanche et une rouge. Pour obtenir une petite zone de blanc dans le rouge, on grattait le verre rouge.

Le verre vénitien est un verre coloré, coulé sur du verre blanc.

Mathéo, Sonny et Raphaël

 

Les vitraux de l’église Sainte-Madeleine

On peut y admirer 7 verrières.

1 - Vie de saint Louis

2 - La GenèseRedimensionnement de P1090287.JPG

Pour faire des astres, le maître-verrier faisait des montages en chefs-d’œuvre. Il prenait du verre bleu, ajoutait la grisaille et le mettait au four. Ensuite il faisait plusieurs petits trous pour inclure des morceaux de verre qui représentaient les astres.

3 - Vie de saint Eloi

4 - Arbre de Jessé réalisé en 1518

L’arbre de Jessé, réalisé en 1518, est l’arbre généalogique de Marie où on reconnaît le roi David représenté avec une harpe.

5 - La Passion

Le donateur du vitrail de la passion est Nicolas le Muet représenté avec son fils au 1er registre de la 1ère  lancette. Il a une bourse vide pour montrer que les vitraux sont chers. Son nom est peint sur le phylactère. Sa femme Catherine et sa fille sont représentées au 1er registre de la 4ème lancette. Au 1er registre des 2ème et 3ème lancettes, sont représentés saint Nicolas et sainte Catherine.

Redimensionnement de P1090279.JPG           Redimensionnement de P1090280.JPG

 6 - Vie de sainte Madeleine

7 - Le triomphe de la Croix

 Cécile, Jean-Philippe et Pierre-Marie

 

 Après la visite, chaque élève a colorié une reproduction d'une portion de vitrail.

Redimensionnement de P1090277.JPG               Redimensionnement de P1090274.JPG

Redimensionnement de P1090272.JPG

 

 


00:12 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

16/11/2010

L'architecture civile au 16e: Les maisons en pans de bois

        A proximité de Troyes, on ne trouvait pas de carrières de pierre. Il aurait été trop long et coûteux d’amener des pierres en charrettes tirées par des bœufs. Les maisons étaient donc en chêne. En effet, de nombreuses forêts entouraient Troyes. 75% des arbres étaient des chênes. Le chêne a certains avantages : il est dur et met un certain temps à s’enflammer : C’est un bois dense.

Valentine, Gildas, Louis et Rémy


Construction des maisons en pans de bois

Les sablières sont des poutres horizontales. Les poutres ne touchent pas directement le sol car sinon Redimensionnement de P1090243.JPGelles risquent de moisir à cause des pluies et la maison pourrait s’écrouler. La maison est construite pour durer 400 ans.

Les sablières sont posées sur le solin qui est un muret de pierre. Le est un gros bloc de pierre placé sous une sablière.

Les écharpes sont des poutres obliques. Pour éviter l’effondrement, on les dispose vis-à-vis.

Des chevilles permettent de tenir les poutres ensemble.

 

Redimensionnement de P1090244.JPGUne maison à encorbellement est une maison dont le  premier étage est avancé. Cela permettaitd’élargir la rue pour que les charrettes puissent se croiser mais aussi de protéger le torchis du rez-de-chaussée. Au 17ème siècle, les encorbellements ont été supprimés. 

Entre les poutres, on trouve du torchis constitué d’eau, de crins de cheval ou de poils de vache, de paille et de chaux. Des paleçons sont des tasseaux qui servaient à tenir le torchis.

Thomas et Jean-Philippe 

 

Des poutres étaient sculptées de saints pour éloigner le mauvais sort. Le saint sculpté protégeait la Redimensionnement de P1090237.JPGmaison. Il était choisi en fonction du nom du propriétaire. Sur cette photographie, il s'agit de saint Philippe.

Saint Roch éloignait la peste. Il est représenté avec un bubon sur la cuisse et un chien qui lui apporte une boule de pain. Atteint de la peste, il s’était retiré dans une forêt et un chien lui apportait tous les jours du pain.

A cette époque-là, les gens croyaient que la peste était propagée par les détritus qui sentaient mauvais. C’est de là que vient l’origine du mot empester. En réalité, la peste est transmise par les puces des rats.

Les rues étaient en terre et les boueurs ramassaient les déchets.

Les cheminées étaient en bois et les toits en chaume.

Alexandre et Brendan


Les risques d'incendie

Redimensionnement de P1090234.JPGAu 16ème siècle, il existait de nombreux puits pour les hommes, les animaux mais aussi pour lutter contre les incendies. On les appelle « buts » en champenois.

Au pied des puits, on trouvait en permanence des seaux pour lutter contre les incendies. Ceux-ci étaient marqués du sceau de la ville de Troyes pour éviter qu’ils soient volés.

Le 24 mars 1524, un incendie détruisit un tiers de la ville. Cela correspondait à une zone qui commence à mi-hauteur de la rue Emile Zola et va jusqu’à la gare. C’est pour cela qu’il n’y a presque plus de maisons en pans de bois du 15ème siècle dans cette partie de la ville.

Laura et Tiffany


La Maison de Rhodes

Son nom est marqué au fer rouge sur une poutre. Elle accueillait les templiers. Son nom vient de l'île grecque de Rhodes.


 Le Champ des oiseaux

 Redimensionnement de P1090240.JPGC’est un hôtel du 15ème siècle car ses écharpes sont disposée s de façon à former la croix de saint André. Une ferme d’avant-corps protège le torchis. En haut de la façade, des lames de bois qu’on appelle les essentes, protègent le mur. Elles sont en noisetier ou en châtaignier.

Dean et Friedrich

 

 

 

L'Hôtel du Petit Louvre

Au 16ème siècle, c’était l’habitation de l’évêque Hennequin. On peut d’ailleurs y voir des blasons avec des cloches. Des personnages coquins sont sculptés sur les abouts de poutres.

Au 19ème siècle, ce fut un relais de poste. On y changeait les chevaux des coches et les voyageurs pouvaient y dormir avant de poursuivre leur chemin jusqu’à Paris.

Il doit son nom au château du Louvre qui a été la résidence des rois.

Lilian et Sonny

 

        Après cette visite très intéressante, au Centre pour l'Unesco situé dans l'Hôtel du Petit Louvre, nous avons monté une maquette qui représentait une charpente.

 

Redimensionnement de P1090252.JPG                Redimensionnement de P1090260.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01:00 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

05/11/2010

L'élection des conseillers municipaux enfants

            Nous sommes allés à la mairie pour élire les deux conseillers municipaux enfants.

Deux adultes nous ont expliqué comment voter.Redimensionnement de P1090212.JPG

La  maîtresse a nommé ensuite deux assesseurs :

- Tiffany tamponnait la carte des électeurs,

- Raphaël cherchait le nom et disait où signer sur le registre d’émargement.

 

Le vote

Redimensionnement de P1090217.JPG          Après, par groupes de quatre, nous avons pris un bulletin et une enveloppe et nous sommes allés chacun dans un isoloir. Ensuite, nous avons signé le registre d’émargement, donné notre carte d’électeur afin qu’elle soit tamponnée, puis nous avons mis l’enveloppe dans une urne.

Lauriane, Léa et Jules CM2

 

Le dépouillement

          Des élèves, les scrutateurs, ont compté les personnes inscrites dans le registre d’émargement ainsi que les signatures. Ils ont compté et mis les enveloppes parRedimensionnement de P1090225.JPG paquets de 10. Il y en avait 71 ce qui correspondait bien au nombre de signatures.

Lilian a ouvert les enveloppes par paquets de 10. Il a donné un par un les bulletins à Lauriane  qui a lu les noms des candidats  retenus par les électeurs. Valentine et Jean-Philippe ont coché ces noms sur une feuille.

Redimensionnement de P1090228.JPGAprès la lecture de 10 bulletins, Valentine disait tout haut ce qu’elle avait coché pour vérifier si elle avait le même nombre de traits que Jean-Philippe.

Enfin, la présidente et  son assesseur ont compté le nombre total de voix reçues par chaque candidat et elles ont annoncé les résultats.

Bravo à Enzo D., qui avec 25 voix, a été élu ainsi que Valentine R. avec 20 voix. Il y a eu 2 votes nuls.

Friedrich, Jean-Philippe et Rémy CM2

21:25 Publié dans CM1, CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)