Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2010

Un quartier industriel

Un quartier industriel: le quartier Bégand

 

La villa Herbin

La villa Herbin fut construite en 1877. Elle a été bâtie à l'aide de briques. Les briqueteries étaient nombreuses au 19e.Villa Herbin 1.JPG il en reste une à Amance.

Un balcon, au 1er étage, est situé au-dessus de la porte d'entrée. Le toit est mansardé et couvert d'ardoises.

La villa a un vitrail et des décrochements dans les murs.

Cet Art nouveau était à la mode au 19e.

La villa est devenue le Tribunal des prud'hommes.

Claire

 

L'usine Bonbon

L'usine Bonbon a été fondée en 1882 par Ernest Bonbon qui avait déjà travaillé ailleurs.

 Ancienne usine Bonbon Rue Bégand 2.JPGIl utilisait les propriétés élastiques du tricot pour confectionner des vêtements. Il reçut la médaille de bronze lors de l'exposition industrielle de Troyes en 1860.

Louis Bonbon, son descendant, s'est marié avec Juliette Lebocey, la fille de Bernard Lebocey qui construisait des métiers.

La marque d'Ernest Bonbon s'appelait GB puis LeB. Il était le seul avec Petit Bateau à avoir une marque. Il exportait des marchandises en Afrique du Nord et en Asie. Il employait environ 1000 ouvriers.

Son usine est ensuite devenue des bureaux depuis 2002.

Antoine et Robin

 

Situation des usines

Les usines étaient à proximité de la gare pour recevoir plus facilement le charbon mais également pour envoyer les vêtements à Paris. Elles étaient situées à la périphérie de la ville pour avoir davantage d'espace.

Maëva

 

L'usine des Frères PetitAncienne usine des Frères Petit.JPG

Cette usine fabriquait des métiers de bonneterie. Ils ont commencé à partir de 1872. En 1883, Georges  Lebocey, ingénieur, s'est associé avec  ses grands-oncles, les frères Petit.

L'usine a été rénovée en 2005 et transformée en appartements.

Maëva

 

L'usine Mauchauffée

Ancienne usine Mauchauffée 2.JPGL'usine Mauchauffée était située 26 rue Bégand (après la rue Léon Couturat). Elle a été fondée par Maurice Mauchauffée en 1873. En 1897,1140 ouvriers y travaillaient. En 1906, ils étaient 1600 ouvriers et, en 1914, 3000.

En 1914, l'usine était la plus grosse bonneterie auboise et la plus grosse fabrique de bas en Europe.

Cette usine fabriquait des chaussettes, des sous-vêtements et des vêtements. L'usine produisait 2 marques :

EMO (Contraction d'Etablissements  Mauchauffée) pour les articles de luxe.

SADEM pour les articles d'usages courants.

En 1939,une couseuse cousait 648 bas en 9 h.

A la fermeture en 1973, des magasins d'usines s'y installèrent. On y vendait les articles ayant des défauts (sur présentation d'une carte). Ils étaient vendus uniquement aux ouvriers, puis, plus tard, aux conjoints, aux enfants, aux amis, et enfin à tout le monde. Ensuite, les magasins se sont installés à Saint-Julien dans une ancienne usine.

Les toits en shed sont des toits en dents de scie. Le petit côté qui était le plus vertical, était vitré pour apporter de la lumière.Ancienne usine Mauchauffée 5.JPG

Des tirants renforçaient les murs en raison du poids des métiers. Leur extrémité était en forme de M. Le M apparaît aussi sur des pilastres et des cache-gouttières dans la rue Courtalon.

Il est en réfection pour devenir des logements.

Une passerelle permettait aux ouvriers de ne pas passer sur le pont de la gare et de ne pas gêner la circulation aux heures de sortie d'usine.

Rubens, Loris et Clément

 

Etablissements DelostalP1070774.JPG

Ils ont été fondés en 1863. On y construisait des métiers, on les réparait et c'était en même temps une usine de bonneterie.

L'usine située rue Courtalon a été fermée en 1990 et transformée en appartements et bureaux. On peut toujours voir des poutres métalliques qui soutenaient des planchers.

 

Villa Rothier

La villa Rothier est une rue privée et l'ensemble des habitations qui la bordent.

Villa Rothier.JPGLa rue est bosselée car elle  est privée et non entretenue. Autrefois, elle était fermée par une porte et une grille. Le porche est toujours visible mais la porte est bloquée car elle n'était pas entretenue.

Cette rue bordée de villas porte le nom d'Emile Rothier qui était industriel cordier, propriétaire de nombreux terrains et promoteur de ce lotissement.

En 1897, pour s'y installer, il fallait être bourgeois et respecter certaines règles de construction. L'entrée et la cour des villas sont toutes petites et non prévues pour un garage.

Juliette et Arona

 

Villa Courtalon

La villa Courtalon a été créée en 1898 par 2 industriels bonnetiers : Bonbon et Delostal.Villa Courtalon 1.JPGVilla Courtalon 3.JPG

Les habitations étaient pour les cadres et les patrons bonnetiers. Elles étaient alimentées en eau et en gaz par des canalisations en fonte. Il y avait des motifs décoratifs sur les maisons qui  ont des petites cours donc peu de terrain. Les garages étaient prévus car les gens étaient plus riches.

En 1906, M. Mauchauffée s'y est installé.

4 becs de gaz éclairaient la rue.

Thibault

 

Villa ModerneVilla Moderne.JPG

Elle a été créée en 1910 par l'industriel bonnetier Delostal. Les terrains y sont plus grands.

En 1911, y vivaient un médecin, un voyageur de fabrique (VRP), une rentière, un pharmacien, un inspecteur des postes et un syndic de faillite.

 

Logement des ouvriers

Des lotissements de petites maisons sont pour les bonnetiers comme à Sainte-Savine. Les terrains sont plus grands pour cultiver un potager.

 

En 2010, il reste environ 5000 bonnetiers dans l'Aube.

Matthis

 


 

 

 

01:20 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.