Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2010

Visite de l'usine Petit Bateau

La visite de l'usine Petit Bateau

  logo Petit Bateau.jpg

 Redimensionnement_de_Attente_du_bus_pour_visiter_l'usine_Petit_bateau.jpg

Le 7 janvier 2010, nous avons visité l'usine petit Bateau. Nous avons pris le bus pour nous y rendre. Il neigeait.

Pub Petit bateau 1.jpgL'entreprise est située 15 rue du Lieutenant Murard à Troyes.

Elle compte environ 500 ouvriers qui travaillent sur 300 machines. Elle s'appelle Saint-Joseph car c'est le patron des bonnetiers. Les familles Valton et Quinquarlet l'ont créée en 1893.

De 1930 aux années 1950, la poupée Marinette dessinée par Béatrice Mallet a été le symbole de la marque.

Elisa et Lolly

Redimensionnement de P1080060.JPG

L'atelier de tricotage

 

42 métiers sont installés dans l'atelier de tricotage où travaillent 24 bonnetiers.

Le nombre de bobines sur les métiers est variable, celui des aiguilles aussi. L'un des métiers en compte 1300.

Sur toutes les machines, une ventilation est nécessaire pour éviter que les peluches se déposent sur le tricot. Cela gênerait la teinture.

1 kg de tricot est obtenu avec 50 à 150 km de fil selon son diamètre. Dans cet atelier, 10 tonnes sont tricotées chaque jour et 50 tonnes par semaine.

Les bonnetiers utilisent 95% de fils de coton. Le reste, ce sont des fils en polyamide ou en polyester. Redimensionnement de P1070796.JPG

Les bobines sont numérotées. Le fil est envoyé par un souffle d'air au métier. Quand le fil casse, un voyant s'allume et la machine s'arrête. Un bonnetier intervient pour réparer le fil en nouant les deux extrémités.

Les ouvriers utilisent des fils de couleur pour réaliser les rayures.

Au fur et à mesure de sa fabrication, le tricot est mis en rouleau.

Dans les métiers circulaires, le tricotage se fait en rond. Le tricot est ensuite coupé dans le sens de la longueur.

Claire, Matthis, Juliette et Viny

 
L'atelier de teinture

 Les étapes :

1.      Le nettoyage et la teinture

Au départ, le tricot est écru alors il est nettoyé.machine de teinture.jpg

La longue bande de tricot est pliée dans une caisse. Une personne met l'extrémité dans une machine. Lorsqu'elle a fait le tour du support, il va la rechercher à l'aide d'un crochet pour la coudre à l'autre extrémité à l'aide d'une grande aiguille et d'un gros fil.

Au fond de la machine, 1200 L d'eau sont mélangés à du colorant en poudre. Le tricot tourne de 8 à 20 h dans la machine. Pour obtenir le gris, il y reste 9 h. Les teinturiers utilisent alors du rouge, du jaune et du bleu. (En photo, un exemple de machine de teinture.)

Il y a une machine par couleur.

Quand une couleur est ratée, une personne ajoute un produit spécial pour le nettoyer.

Une caisse contient 115 kg de tricot. Dans une machine à 2 entrées, on traite 230 kg  et dans une machine à 4 entrées, 460 kg.

 2.      Le dévrillage consiste à détordre le tricot.

 3.      L'exprimage consiste à faire sortir l'eau grâce à un envoi d'air comprimé. Le tricot passe également entre des rouleaux. Après, il reste encore 60% d'eau. Le tricot circulaire est ensuite coupé dans le sens de la longueur.

 4.      Dans le séchoir, le tricot est séché puis relaxé par soufflerie pour garder sa forme et sa taille après le lavage. La température s'élève à 140°.

Ils utilisent une machine différente pour chaque matière : coton, maille ou éponge, velours. Le velours est de l'éponge rasée.

 5.      Le repassage se fait dans une calandre grâce à un souffle d'air.

 6.      La vérification

Un morceau est coupé pour vérifier si la couleur obtenue est la bonne. Si c'est le cas, le tricot est mis sur des rouleaux.

 Dans  cet atelier, 7 à 8 tonnes de tricots sont produits soit 37 tonnes par semaine.

Marie, Antoine, Grégoire et Robin


L'atelier de sérigraphie et de broderie

Redimensionnement de P1070799.JPGOn utilise des cadres-pochoirs pour imprimer des dessins.

Pour préparer un cadre-pochoir, on positionne le film avec le dessin sur le cadre. Ensuite, celui-ci est placé dans une machine insoleuse  de 5000 watts qui s'allume 1 min 30. Le dessin est alors déposé sur le cadre. Les zones dessinées sont devenues poreuses ce qui permettra à la peinture de traverser. Ensuite, le cadre est mis à tremper 20 minutes. Après, il faut le rincer puis le sécher. Il est prêt.Redimensionnement de P1070804.JPG

Les cadres sont numérotés et rangés à l'abri de la lumière.

Redimensionnement de P1070802.JPG Avec un cadre, on applique une seule couleur. Les cadres sont perforés différemment selon la couleur que l'on applique. Les couleurs sont appliquées de la plus claire à la plus foncée. Ils en utilisent souvent 7.

 Les motifs peuvent aussi être brodés. Dans l'atelier, plusieurs machines brodent les mêmes motifs en même temps.

Rubens, Martin, Anaïs et Thibault


La coupe

Le dessin de la pièce est reproduit plusieurs fois sur l'ordinateur pour éviter de perdre de la place. Il est ensuite envoyé à une machine qui l'imprime en grandeur réelle sur une grande feuille de papier. Celle-ci est coupée et emmenée à la découpe. Elle est posée sur un matelas de tricots qui est ensuite recouvert d'une feuille de plastique.

L'air est aspiré dans le matelas qui se comprime pour éviter que les couches de tricots ne bougent.

L'ordre de découpe est transmis par un ordinateur à la scie. Le tracé sur la feuille est un repère visuel pour vérifier que la découpe s'effectue sans problèmes.

Ensuite, le matelas est regonflé puis les pièces sont récupérées et mises sur des chariots pour être envoyées à la confection.

Les tricots à rayures sont coupés à la main pour réaligner les rayures si nécessaire. La personne qui les découpe, porte des gants en mailles.

Laura, Arona, Clément, Loris, Appoline et Mathilde

La confection

Les ouvrières changent de poste dans la journée. Elles peuvent travailler à tous les postes.

Les piqueuses font les finitions, le travail minutieux. Elles cousent les poches, les fermetures, etc.

Les couseuses cousent les épaules, les côtés, etc.

Les colleteuses montent le col en utilisant le point cocotte (arrondi), des rouleaux de picots (pointes creuses), etc.

Cocotte red.JPG     Redimensionnement de P1070811.JPG    Redimensionnement de P1070812.JPG

 

 

Quand on réalise un tee-shirt, une piqueuse coud la 1ère épaule. Ensuite, une colleteuse monte le col et coud la vignette. Après cela, une autre piqueuse coud les manches et les côtés. Pour terminer, l'ourlet est fait.

A côté des machines, un chemin de rouleaux permet de faire passer le bac à l'ouvrière suivante.

A la fin, l'article est vérifié. Pour cela, les maillots sont enfilés sur une plaque qui tourne et s'il y a un défaut, l'ouvrière met un morceau de scotch sur l'article.

Cordelia, Calliste, Jules et Maëva

00:11 Publié dans CM2 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.